Consommation d’alcool chez les adolescents : quel rôle des parents ?

alcool adolescentIl a été démontré que la permissivité des parents vis-à-vis de la consommation d’alcool est généralement associée à une consommation accrue d’alcool, à une forte consommation épisodique et à des conséquences négatives liées à l’alcool chez les jeunes. A contrario, au fur et à mesure que les niveaux de restriction et de supervision parentale à l’égard de la consommation d’alcool augmentaient, sa consommation par les adolescents diminuait ou était moins susceptible de se produire. Explication.

Le rôle de l’environnement familial

Les normes parentales en matière de consommation d’alcool ne sont pas statiques et sont susceptibles de changer au fur et à mesure que les adolescents grandissent et se développent. Les parents qui boivent devant leurs enfants peuvent transmettre aux enfants des attitudes pro-alcooliques.

Les parents qui imposent des règles strictes en matière de consommation d’alcool à leurs adolescents sont en très grande majorité associés à une diminution de la consommation d’alcool et des comportements à risque liés à l’alcool. Le fait que les parents fournissent de l’alcool aux adolescents renforce les associations positives avec l’alcool (p. ex., ça fait du bien) et réduit les perceptions et idées négatives (p. ex., je n’aurai pas de problèmes). Au fur et à mesure que l’offre d’alcool par les parents augmente, les adolescents commencent à percevoir l’alcool comme étant un produit plutôt bénéfique, dont la consommation comporte peu, voire aucun risque.

Par ailleurs, des études ont révélé qu’un plus grand nombre d’adolescents, dont la famille ne leur permet pas de consommer d’alcool à la maison ou ne leur offre pas de boissons alcoolisées lors de fêtes ou d’événements sociaux, finissent par ne pas boire d’alcool de leur propre chef.

Retarder l’âge auquel votre enfant commence à boire de l’alcool (initiation) est un facteur de protection contre ses méfaits. Il existe plusieurs indicateurs prévisionnels confirmant le lien entre une initiation tardive à l’alcool au sein de la famille et des niveaux plus faibles de consommation ultérieure d’alcool.

Parmi ces indicateurs citons :

  • modèle de consommation d’alcool chez les parents ;
  • communication sur la consommation d’alcool ;
  • désapprobation de la consommation d’alcool à l’adolescence ;
  • règles régissant la consommation d’alcool ;
  • surveillance parentale ;
  • qualité de la relation parent-enfant ;
  • conflits familiaux ;
  • soutien parental ;
  • implication des parents ;
  • communication générale.

Les adolescents mal surveillés commencent à consommer de l’alcool à un âge précoce et sont plus susceptibles de développer de mauvaises habitudes de consommation, voire une alcoolo-dépendance. Les parents peuvent souvent être sous pression à cause d’autres parents qui laissent leurs enfants à leur guise. Le fait d’observer le comportement des autres parents et de se sentir obligés de leur emboîter le pas explique souvent pourquoi on ferme les yeux.

Pourquoi retarder l’initiation à l’alcool à 18 ans ?

Le fait de commencer à consommer de l’alcool à un jeune âge peut accroître la probabilité de problèmes de santé physique et mentale, de problèmes sociaux et de dépendance à l’alcool. Une fois que les adolescents commencent à boire, beaucoup deviennent des consommateurs réguliers d’alcool.

Des études ont révélé que lorsque les parents se montrent laxistes en matière de consommation d’alcool, ils augmentaient la probabilité que l’adolescent développe une consommation à risque. En revanche, il n’y a aucune preuve qui appuie l’idée selon laquelle les parents protègent leurs enfants contre les conséquences néfastes de la consommation d’alcool en leur fournissant de l’alcool dès l’enfance.

Une étude longitudinale a montré que les jeunes au milieu de l’adolescence étaient 2,7 fois plus susceptibles de consommer des volumes conséquents de boissons alcoolisées si leurs parents leur avaient fourni de l’alcool au début de leur adolescence. Les données indiquent que le fait de retarder la consommation d’alcool réduit les niveaux de consommation à long terme.

La consommation régulière d’alcool à l’adolescence est un facteur de risque important pour le développement d’une alcoolo-dépendance chez les jeunes adultes. L’un des principaux prédictifs des méfaits liés à l’alcool chez les jeunes adultes était la consommation fréquente d’alcool à l’adolescence, ce qui donne à penser qu’un début précoce de consommation à risque peut entraîner une consommation problématique d’alcool plus tard.

L’hypnose contre l’alcoolo-dépendance

De nombreuses personnes boivent de l’alcool, partout. Pour la majorité des personnes, il n’est pas difficile d’établir une limite claire quant à la quantité et à la fréquence de leur consommation. Cependant, pour certains, l’alcool est une drogue qui peut causer d’énormes problèmes sur les plans personnel et professionnel.

Pour les buveurs à problèmes (par opposition aux alcooliques à part entière), certains traitements peuvent impliquer plusieurs types de thérapie par la parole et de modification du comportement ou de médicaments sur ordonnance. L’hypnose est de plus en plus acceptée et utilisée pour traiter le problème de l’alcoolisme, aussi bien chez les adultes que chez les adolescents.

L’hypnose fonctionne pour le traitement de l’abus de drogues et de l’alcool parce qu’elle parvient à ouvrir la partie la plus puissante de l’esprit à de nouveaux modes de consommation plus équilibrés et moins néfastes pour la santé. L’hypnose est une sorte de traitement alternatif. Par exemple, cette technique utilise des suggestions hypnotiques pour produire des changements inconscients dans nos émotions, perceptions de la vie et habitudes.

Si votre adolescent souffre d’un problème de consommation d’alcool, il est impératif de prendre les mesures nécessaires pour éviter que son cas n’empire. Grâce à un traitement approprié, votre adolescent pourra s’en sortir rapidement et avec peu, ou pas de séquelles. Si vous ressentez le besoin de faire appel à un hypnothérapeute, ne ressentez aucune gêne à nous appeler ou remplir le formulaire de contact si vous souhaitez être contacté par nos soins. Nous restons à votre entière disposition pour vous orienter vers l’hypnothérapeute qui saura répondre à vos questions et vous aider à apporter le soutien et l’aide nécessaires à votre adolescent pour l’aider à s’en sortir et s’en remettre rapidement !